L’huile de pépins de cassis

Par Louise    Le 7 juillet 2015    Aucun commentaire

Bonjour et bienvenue sur mon blog,

 

« Le nez de Cléopâtre: s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. »

Blaise  Pascal  (1623-1662).

 

L’huile de pépins de cassis.

Certaines personnes souffrantes, aux intestins fatigués, ont du mal à métaboliser les si précieux oméga-3. Voici la seule huile qui peut résoudre ce problème.

Oméga-3 et -6. 

 

C’est sans doute étonnant de voir ici cette huile peu connue et difficile à trouver. Mais ses propriétés valent qu’on fasse un effort pour se la procurer.

Le cassissier, ou « groseillier noir » se trouve en altitude dans les forêts humides de montagne. Facilement reconnaissable par ses baies de couleur violacé très foncé, le cassis est reconnu pour ses vertus médicinales. 

Les baies de cassis sont gorgées de vitamines C et E, de tanins, de fer et de calcium. Fortifiant puissant, le cassis permet de lutter contre la fatigue et l’asthénie.

Herbier médicinal: le cassis.

Son nom:

Ribes  est d’origine arabe et désignait originellement une espèce de rhubarbe. Si on a appelé ainsi les groseilliers, c’est à cause de la saveur aigrelette que possèdent  tant les côtes de rhubarbe que les groseilles. 

Histoire:

Le cassis était inconnu des anciens Grecs et Romains.

Le premier témoignage sur l’action thérapeutique des feuilles de cassis est celui d’Hildegarde de Bingen, haute figure spirituelle du XII ème siècle, qui les recommande en onguent pour guérir la goutte. Les feuilles fraîches sont également utilisées frottées contre les piqûres d’insectes.

A partir du XVI ème siècle, il est cultivé dans l’Ouest de la France, et dans le Val de Loire sous le nom de « cassetier des Poitevins » ou « poivrier ».

Production:

Le premier pays producteur mondial est la Russie, mais il n’y a aucune estimation fiable de sa production. L’autre pays est la Pologne avec 150 000 tonnes. Puis viennent la Grande-Bretagne (15 000 tonnes), et la France (10 000 tonnes).

Utilisation : pour l’alimentation.

Le cassis est consommé frais associé dans une salade de petits fruits et permet la réalisation de gelée, confiture, sorbet, tarte ou de charlotte. On peut aussi le consommer de manière liquide, avec la crème de cassis que l’on utilise pour faire les kirs (le kir ou  blanc cassis est un apéritif / cocktail traditionnel de la cuisine bourguignonne), à base de crème de cassis et de Bourgogne aligoté, baptisé de son nom par le chanoine Félix Kir, maire de Dijon de 1945 à 1968).

Le Bourgogne aligoté est un vin blanc d’appellation d’origine contrôlée.

Ses Bienfaits  Nutritionnels:

Pour que les acides gras  essentiels  soient bien métabolisés, même en cas de maladie ou de dysfonctionnement de l’organisme, il faut en prendre 2 cuillères à soupe par jour malgré son coût.

 

RECETTE GOURMANDE DE NOS GRANDS-MÈRES.

CONFITURE DE ROSES.

Préparez cette confiture avec des roses musquées.

Ingrédients:

  • 500 gr de pétales de rose très frais
  • 3 citrons
  • 750 gr de sucre

Préparation et Cuisson :  1 heure

Macération : 12 heures

Pour environ 5 pots de 350 gr.

 

Rincez rapidement les pétales de rose à l’eau fraîche, en veillant à ne pas les abîmer. Pressez un citron et filtrez son jus.

Versez les pétales dans une grande terrine et couvrez juste d’eau froide, puis ajoutez le jus de citron, mélangez délicatement et laissez macérer 12 heures.

Ensuite, versez dans une bassine à confiture le sucre et 18 cl d’eau. Portez à ébullition et laissez bouillir doucement jusqu’à ce que le sirop atteigne 110° C exactement au thermomètre de cuisson, ou 1, 3199 au pèse-sirop. Ce stade de cuisson, dit au petit perlé peut se vérifier ainsi : trempez vos doigts dans de l’eau fraîche, prélevez un peu de sucre entre le pouce et l’index sur l’écumoire plongée dans le sirop et écartez-les; le sucre doit former un fil large et solide qui ne casse pas.

Pendant ce temps, pressez le reste des citrons et filtrez leur jus. Ébouillantez  des pots et retournez-les sur un linge propre. 

Quand le sirop atteint la température requise, ajoutez-lui le contenu de la terrine et le jus de citron. Faites cuire de nouveau jusqu’à ce que le sirop atteigne 110°C au thermomètre de cuisson.

Mettez la confiture en pots à l’aide d’une louche, en les remplissant presque à ras bord, et laissez refroidir complètement avant de couvrir.

 

Dégustez cette véritable confiserie avec du thé brûlant ou avec un grand verre d’eau glacé, à la mode du Moyen-Orient.

 

Au plaisir de vous faire partager d’autres recettes de Grands-Mère.

 

Louise.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *