Le Curcuma et ses bienfaits (suite).

Par Louise    Le 16 février 2015    3 réactions

Bonjour tout le monde et bienvenu sur mon blog.

 

« L’exercice est une des meilleurs provision de santé »

Citation de la France  (1856).

 

Le curcuma et ses bienfaits (suite).

 

Donc, je reviens vous parler du curcuma. C’est un cousin du gingembre. Curcuma signifie racine jaune.

Dans l’Inde antique et plus particulièrement au Bengale, ce joli rhizome est indispensable au point de faire des sacrifices humains pour s’assurer une bonne récolte. « Le sang de la victime donne au curcuma sa belle couleur rouge foncé et ses larmes amènent la pluie ».

Bref, avec une seule propitiation , on fait d’une pierre deux coups. C’est quand même plus raisonnable.

Le meilleur curcuma vient du Kerala. C’est lui le champion toutes  catégories pour la teneur en curcumine. Sibi Thomas, grand gourou des épices, explique que les taux élevés de curcumine à hauteur de 5 à 6 % sont dus  aux sols alluviaux dans lesquels poussent ces jolis rhizomes.

Si vous prenez un curcuma de Madras, avec un taux de curcumine de 2,5 à 3 % et que vous le plantez au Kerala, à Alleppey, au bout de 2 ans, il sera parfaitement intégré et affichera fièrement un taux de 5 ou 6 %. Et réciproquement, un curcuma du Kerala planté ailleurs, en immigrant modèle lui aussi, s’alignera sur le taux de curcumine  local.

Le curcuma frais doit être ferme, lisse, doux au toucher, bien dodu et surtout sans trace de moisi. 

En poudre, il doit avoir une belle couleur ocre qui ensoleillera vos plats. Trempez discrètement un doigt dans le tas et testez. Son goût doit être très prononcé, moins épicé que le curcuma frais, mais boisé et un peu amer. 

RECETTE:

Soupe au potiron.

(Pour la petite histoire) – Citrouille ou Potiron ?

Souvent désigné par le terme générique de Citrouille, le potiron, récolté en automne, se conserve tout l’hiver. Jadis baptisé pain du pauvre, il fut surtout réservé aux animaux dès les années 1910. L’amélioration du niveau de vie entraînant des changements  radicaux  des habitudes alimentaires.

INGRÉDIENTS:

1 kg de potiron

2 gros oignons

2 gousses d’ail

2 morceaux de sucre

2 cuillères à soupe de riz ronds

50 cl. de lait

Noix de muscade

20 gr. de beurre

Poivre – Sel (ou 2 cubes de bouillon dégraissés).

Bisque de crevette (en quantité suffisante) – cité dans un de mes précédents articles de mon blog).

Préparation: 15 mn.

Cuisson: 40 mn.

Pour 6 personnes.

Supprimez soigneusement les graines et les filaments du potiron, ôtez l’écorce et coupez la chair en gros cubes. Pelez les oignons, coupez-les en quatre. Pelez l’ail et veuillez à retirer le germe vert qui se trouve au centre.

Mettez le potiron, les oignons et l’ail dans une cocotte avec un litre d’eau. Poivrez et mettez 2 cubes de poulet dégraissés (qui en fait remplace le sel), ajoutez le sucre et portez à ébullition. Versez alors le riz en pluie, baissez le feu, couvrez et laissez cuire 30 minutes.

Mixez la soupe.  Ajoutez le lait et un soupçon de noix de muscade râpée et enfin la bisque de crevette. Goûtez et rectifiez éventuellement l’assaisonnement. Faites réchauffer 5 minutes, incorporez le beurre et mélangez. Versez dans une soupière chaude ou directement dans des bols. Servez bien chaud.

A bientôt dans un prochain article.

3 commentaires sur “Le Curcuma et ses bienfaits (suite).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *