Etre dépendant de la cigarette, la vie ne tient qu’à un fil !

Par Louise    Le 19 avril 2015    Aucun commentaire

Bonjour et bienvenue sur mon blog.

 

CITATION:

« En perdant la santé, l’aisance, la liberté d’action, on perd la moitié de son âme ».

 

La santé est la plus grande des richesses.

 legumes-collection-d&-39

Lorsqu’on est jeune et qu’on débute dans la vie active, bien souvent, la santé est « primordiale », mais l’on se dit que l’on a le temps d’y penser et au fur et à mesure que les années passent, les « mauvaises habitudes » prennent le dessus et s’installent durablement… C’est réellement un tort car il est très difficile d’y remédier et de revenir en arrière ! Encore faut-il beaucoup de volonté et de courage.

Tout d’abord, cela débute par le tabac qui est un fléau ! Il est évident que de nos jours, nous vivons une vie « trépidante » – « stressante ». Et pour bon nombre de personnes, le tabac aide à surmonter ces nombreux problèmes… Or, les gens ne se rendent pas compte que ces mauvaises habitudes qui se sont installées seront plus tard très difficiles à supprimer lorsque surviendront les premiers  problèmes de santé dus au tabac – et pas des moindres !

Certaines personnes auront des problèmes liés à la respiration, donc, les poumons seront atteints… Le moindre effort sera difficile et se fera ressentir ! 

Je pose une question: est-ce qu’à cet instant ces gens pensent à leur première cigarette? Non, me direz-vous, car vous n’auriez certainement pas goûté à cela ! Et c’est de là que débute l’addiction… Il faut absolument éviter d’être dépendant de la cigarette. Avouez que si vous êtes dépendant, elle vous « dicte » sa loi, vous « mène » par le bout du nez ! Et je suis certaine que vous vous êtes toujours dit ceci: « non, personne ne me mènera par le bout du nez » … Cependant, c’est la triste réalité ! Alors, je vous vois venir… Et vous direz ceci: j’ai connu des personnes qui fumaient et qui sont décédées non pas de la cigarette, mais de vieillesse ! Je vous répondrai également que bien évidemment, c’est cas existent, mais il suffit de faire un tour à l’hôpital (discrètement) tout en se renseignant et vous verrez que dans les consultations: chez le cardiologue – le pneumologue – l’angiologue – bon nombre de ces consultations sont dues au tabac ! Et au final, ces personnes « souffrent » déjà en silence. Mais ce silence deviendra « criant » tant il sera insupportable dans le futur qui n’est du reste pas loin, car pour l’entourage de ces personnes, l’évolution se développe très vite et pas en bien… Et je pense qu’à ce moment-là, ces gens qui sont déjà  » malades » se disent: si j’avais su… Mais dans ces cas-là, la marche arrière n’existe pas !

LE CHOLESTÉROL.

Il y a l’autre problème lié au tabac; celui du cholestérol qui se dépose dans les artères ! Et au fil des années, celles-ci se bouchent, ce qui bien souvent se termine sur des complications très graves… Chez l’angiologue, ces problèmes graves se décèlent très bien et le patient  prend un rendez-vous avec le chirurgien pour déboucher l’artère concernée et au besoin y placer un stant (petit ressort) . Mais ensuite, c’est une surveillance de tous les instants et les artères peuvent très bien  se boucher à un autre endroit… C’est un cercle vicieux et la personne concernée est toujours à l’affût du moindre problème !

La moralité de la chose est de ne jamais goûter à la première cigarette !

ETRE  CONCERNE:

Alors, aujourd’hui  si je vous parle de ce sujet, je suis concernée, (pas moi)  mais mon mari.

Il a commencé à fumer dès l’âge de 16 ans jusqu’à 63 ans !

A 45 ans, il a fait un infarctus ! Il a donc cessé de fumer durant seulement… un petit mois ! Alors que le chirurgien lui avait conseillé d’arrêter  de fumer.

Mais l’envie se faisant très forte, il a donc succomber de nouveau au tabac (je dirai que le tabac le « menait par le bout du nez »! C’est la triste réalité ! Et à partir de ce moment-là, il faisait très souvent des bronchites qui du reste fatiguaient son cœur… A plusieurs reprises, il a essayé de réduire le tabac mais sans succès ! Les années ont passé et un soir de Noël 2004 (cela ne s’invente pas), vers 16 heures, de nouveau pris par une bronchite et il avait des difficultés à respirer, il est parti aux urgences. Durant tout le trajet, il n’a fait que de tousser. En arrivant aux urgences, le médecin l’a mis sous respiration artificielle. Il est resté jusqu’à 20 heures. Le médecin de garde lui a simplement dit que s’il ne cessait pas de fumer, il allait « finir » de la façon suivant: et ce médecin a su trouver les mots et il y a eu un « déclic » qui a fait réagir mon mari sur le chemin du retour !

Donc, voici la courte histoire que ce médecin a narrée :

« Imaginez que vous êtes sur votre lit et que deux personnes sont autour de vous. L’une vous tient les mains et les pieds; l’autre prend un coussin et le « plaque » sur votre visage… Vous vous débattez et plus vous le faites, plus la personne appuie sur le coussin jusqu’à ce que… mort s’ensuive !!

Et ce médecin lui a dit : « voici ce qui vous arrivera si vous ne cessez pas le tabac » !!

 

Autant vous dire que ce déclic a fait réagir mon mari tout au long du trajet de retour. Tant et si bien qu’en rentrant à la maison, il a saisi sa pipe et sa tabatière et a jeté ces deux choses dans le près à coté de notre maison ! Ces deux choses étaient précieuses à ses yeux, mais ce déclic l’a fait réagir et il n’a pas hésité à s’en séparer. Elles y sont toujours et depuis-là, il n’a jamais retoucher au tabac. Je dirai même que lorsque nous nous promenions parfois  dans les rues  de la ville, lorsqu’une personne fumait, l’odeur de la cigarette l’incommodait !

 

Ceci pour vous dire que je suis « reconnaissante » envers ce médecin, il a été formidable de raconter cette histoire qui a fait réagir mon mari ! Mais tout de même, ce tabac a fait des ravages dans ses artères, et à présent, mon mari se fait suivre régulièrement .

 

Maintenant, tous les matins, il marche 5 kilomètres à pas cadencés et fait des exercices. (recommandés par le chirurgien et l’angiologue). 

 

Donc, la moralité de la chose : « ne jamais mettre le nez dans la cigarette »

 

Merci de m’accorder ce petit instant de lecture.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *